Carrières sur Seine, le site officiel

Le Comité de Salut Public

 Agrandir Diminuer Restaurer 
     OK
  Accueil > Votre ville > Histoire > De la révolution française au XIXe siècle > Le Comité de Salut Public
Carrières au travers des âges
de la révolution au XIXe siècle
des Cahiers de Doléances à l'Assemblée Constituante
    La misère du peuple
    Les Etats-Généraux et les cahiers de doléances

de la Constituante à la Convention Nationale
    Les nouvelles Municipalités
    L'Assemblée Législative et la Convention
    Le Comité de Salut Public
Le Comité de Salut Public

Le Comité de Salut Public et le Comité de Surveillance Révolutionnaire.

La réorganisation du temps et de l'espace, mise en place par la Révolution et exercée par ses différents régimes, ne s'attacha pas simplement à la religion.

Les autorités administratives et les habitants sont surveillés et doivent rendre des comptes respectivement au Comité de Salut Public et au Comité de Surveillance Révolutionnaire.

Carrières n'échappa aucunement à cette surveillance car elle fut doté d'un comité de Salut public composé des responsables administratifs : le maire, l'agent national et les officiers municipaux, mais également d'un comité de Surveillance Révolutionnaire, composé de villageois élus.

Avec deux comités, notre commune est entrée dans le régime du gouvernement révolutionnaire mis en place par Robespierre. Elle est une commune sous le régime de la Terreur.

Une époque révolutionnaire qui laissa, par ailleurs, à jamais son empreinte sur notre commune en lui laissant une illustre victime : la Comtesse De Bussy. Madame Debussy habita Carrières pendant des années ; sa maison est visible de nos jours dans l'actuelle rue de Bezons. Elle fut convaincue de correspondance avec les brigades de Vendée et sa maison d'abriter des papiers jugés illicites. Elle fut condamnée à mort le 9 floréal an II et la sentence - guillotinée - fut exécutée dans les vingt-quatre heures.

suite .....

Accueil