Carrières sur Seine, le site officiel

Les municipalités...

 Agrandir Diminuer Restaurer 
     OK
  Accueil > Votre ville > Histoire > Du XVe siècle au XVIIIe siècle > Les municipalités...
Carrières au travers des âges
du XVe siècle au XVIIIe siècle
du XVème au XVIIIème siècle : du Hameau à la Paroisse
    Séparation des seigneuries de Carrières et de Houilles
    Séparation des seigneuries de Carrières et de Montesson
    La réorganisation administrative de la France
    Paroisse de la Généralité de Paris et terre de la Manse

L'époque révolutionnaire ou les grands changements
    Les municipalités...
    ... et les communes
Les municipalités...



L'édit de juin 1787 révolutionna l'organisation administrative de la France, telle qu'elle fonctionnait depuis la création des intendants.

A la toute puissante autorité des ces « agents », elle juxtaposa celle de députés représentant les trois ordres de citoyens qui composaient la Nation.

Par cet édit furent créées, au dernier degré de l'échelle administrative, les municipalités.

Jusqu'alors les paroisses s'administraient selon la volonté du seigneur possédant le terroir ou du curé. Mais en promulguant cet édit, il fut décidé que chaque paroisse aurait désormais une Assemblée municipale composée de droit, du seigneur et du curé, et par élection de trois, six ou neufs membres selon la population comptée par feux. Un syndic, dont la fonction est d'assurer l'exécution des délibérations devait être également élu. C'est ainsi que le 12 août 1787, la première Assemblée municipale de Carrières-Saint-Denis, qui compte 221 feux, est réunie pour procéder à l'élection de ses neufs membres et de son syndic : « Procès verbal de l'assemblée de la paroisse de Carrières-Saint-Denis pour la nomination d'un syndic et autres membres qui doivent composer l'assemblée municipale en exécution du règlement de Sa Majesté du huit juillet 1787 ».

Ce document est fort intéressant car il situe Carrières-Saint-Denis administrativement : « Aujourd'hui dimanche douze aoust mil sept cent quatre vingt sept, à l'issue des vespres, en vertu de l'ordonnance de Monseigneur l'Intendant du vingt quatre juillet dernier, adressée aux syndics propriétaires, habitans et biens tenant de la paroisse de Carrières-Saint-Denis Département de St- Germain en laye subdélégation de St Germain en Laye, et généralité de Paris(...) ».

Ce document donne également des précisions sur notre paroisse : « (...) Il a été ensuite reconnu par le Sindic, (...), que la Communauté contenait deux cent vingt et un feux, et en consequence qu'il fallait, outre le Sindic, élire neufs membres, pour composer l'Assemblée municipale ».

Neufs membres sont donc élus à l'issue de cette assemblée. Le 'Registre des Procès Verbaux et délibérations des membres de l'assemblée municipale de la paroisse de Carrières-Saint-Denis' retranscrit de nombreux détails sur ces neufs membres : âge, qualité, sommes payées au titre des impôts :

« Le premier qui a été nommé est pierre Daubin lainé Domicilié en cette paroisse depuis un an et plus, âgé de soixante dix ans, payant pour les vingtièmes sur Paroisse, la somme de dix sept livres soixante deniers, et pour les Taille, Capitation et accessoire la somme de vingt neufs livres dix-sept sols.
Le second qui a été nommé est jacques Daubin lainé (...),
Le Troisième qui a été nommé est pierre Ballagny lainé (...),
Le Quatrième qui a été nommé est jean antoine Mandrin (...),
Le Cinquième qui a été nommé est louis gabriel Bresnu (...),
Le Sixième qui a été nommé est jean sarazin fils françois (...),
Le Septième qui a été nommé est jean jacques Daubin fils Roger (...),
Le Huitième qui a été nommé est jean Bte Genin (...),
Le Neufvième qui a été nommé est Nicolas Paureau Sindic annuel (...)
».

suite .....

Accueil