Carrières sur Seine, le site officiel

Paroisse de la Généralité de Paris

 Agrandir Diminuer Restaurer 
     OK
  Accueil > Votre ville > Histoire > Du XVe siècle au XVIIIe siècle > Paroisse de la Généralité de Paris
Carrières au travers des âges
du XVe siècle au XVIIIe siècle
du XVème au XVIIIème siècle : du Hameau à la Paroisse
    Séparation des seigneuries de Carrières et de Houilles
    Séparation des seigneuries de Carrières et de Montesson
    La réorganisation administrative de la France
    Paroisse de la Généralité de Paris et terre de la Manse

L'époque révolutionnaire ou les grands changements
    Les municipalités...
    ... et les communes
Paroisse de la Généralité de Paris

Carrières-Saint-Denis : une paroisse de la Généralité de Paris et une terre rattachée à la Manse Conventuelle de Saint-Denis.

Comment notre village s'insère-t-il dans cette réorganisation administrative ?

Carrières-Saint-Denis est au XVIIe siècle une paroisse, un territoire sur lequel un curé, un pasteur exerce son ministère.

Carrières est une paroisse de la Généralité de Paris, dont l'Intendant est Bertier de Sauvigny (Louis Bénige François).

Chaque généralité a son 'Intendant du Roi', qui est le représentant du Conseil du Roi, exerce des fonctions de tutelle sur les autorités locales dans les domaines de la justice, de la police et des finances. Il s'appuie sur des sous-intendants ou encore 'subdélégués'. Il constitue une administration territoriale qui contrôle et surveille le territoire. La paroisse en constitue l'unité de base. Les représentants de la paroisse sont le curé, les notables et les marguilliers.

Dans le village, seul le prêtre préside à tous les actes de la vie civile et les revêt d'un caractère sacramentel : baptêmes, fiançailles, mariages, inhumations. Tous les dimanches les habitants de la paroisse se réunissent à l'issue de la messe ou des vêpres, soit à l'église, soit au presbytère, pour s'entretenir des affaires les intéressants. Le curé annonce les édits du Roi, les ordonnances et les arrêtés. Les avis de tout genre sont ainsi portés à la connaissance de la communauté. Le curé est assisté des marguillers qui forment le 'conseil de fabrique'(conseil chargé de l'administration financière d'une église). Ils sont nommés par les habitants notables : habitants importants qui paient des impôts depuis un certain temps. En 1791, la liste des contribuables est constituée de 22 noms parmi lesquels nous retrouvons les grandes familles de Carrières : Sarrazin, Ballagny, Daubin, Darré, Suzanne... et 10 notables sont relevés parmi ces 22 noms : Mr. Suzanne, J.Bte Suzanne, Jean Leclerc fils Jean Louis, Jean Mandrin, Mr. Daubin, Guillaume Sarrazin gendre Darré, Mr. Mourault, Mr. Poreau, Jean Baptiste Genin.

A côté de la paroisse, jusqu'en 1790, il ne faut pas séparer l'administration communale de l'administration ecclésiastique (La Manse).

La « Manse » désigne les habitations et les terres qui en dépendent. La « Manse conventuelle » est par définition une manse ecclésiastique rattachée à un couvent. La manse principale pouvait comprendre avec la manoir ecclésiastique, des cuisines, des boulangeries, des ateliers ou fabriques, des jardins potagers, des étables, des viviers, des pressoirs, des granges, des cours... Les manses inférieures, occupées par des tenanciers, correspondaient à une ferme ou habitation rurale à laquelle était attachée à perpétuité une quantité de terres déterminées et en principe invariables.

En 1743, il y a 92 feux et, selon le Dictionnaire Universel, 506 habitants à Carrières-Saint-Denis. Pour la terre de « La Quarrière » le loyer des baux affermés par les religieux de Saint-Denis s'élève à 1.500 livres : « les terres de Carrières, y compris les maisons et hôtels...». Les baux sont généralement consentis pour 9 ans. En 1783, la surface de Carrières, équivalente à celle du XXème siècle, est de 504 hectares. En 1784, la dernière location de notre terre, par l'Abbaye de Saint-Denis et la Manse Conventuelle, est signée en août pour 2.000 livres, au profit de Jean-louis Petit maître de la poste aux chevaux à Nanterre.

Ainsi, à la veille de la Révolution, Carrières-Saint-Denis est une paroisse de la Généralité de Paris et une terre attachée à l'Abbaye et à la Manse Conventuelle de Saint-Denis.

suite .....

Accueil