Carrières sur Seine, le site officiel

La réorganisation administrative de la France

 Agrandir Diminuer Restaurer 
     OK
  Accueil > Votre ville > Histoire > Du XVe siècle au XVIIIe siècle > La réorganisation administrative de la France
Carrières au travers des âges
du XVe siècle au XVIIIe siècle
du XVème au XVIIIème siècle : du Hameau à la Paroisse
    Séparation des seigneuries de Carrières et de Houilles
    Séparation des seigneuries de Carrières et de Montesson
    La réorganisation administrative de la France
    Paroisse de la Généralité de Paris et terre de la Manse

L'époque révolutionnaire ou les grands changements
    Les municipalités...
    ... et les communes
La réorganisation administrative

La réorganisation administrative de la France : du XVe au XVIIe siècle

A partir de 1661, sous le règne de Louis XIV, c'est l'administration plus que le gouvernement qui change en France.

Dans cette réorganisation administrative, le rôle de Colbert, surintendant des bâtiments du roi (1664), contrôleur général des finances (1665), secrétaire d'Etat à la Maison du Roi (1668), est capital. Il est le créateur de la monarchie administrative.

Les généralités, circonscriptions purement financières, deviennent ainsi au XVIIe siècle des circonscriptions administratives.

Au cours des XIV et XVe siècles, apparaissent quatre nouvelles circonscriptions, les généralités, à côte des anciens cadres administratifs du Royaume de France : les gouvernements (subdivisions civiles ou militaires des provinces), les bailliages (parties du territoire soumises à l'autorité des baillis, officiers remplissant des fonctions judiciaires, militaires et financières au nom du roi), les sénéchaussées (étendues des juridictions des sénéchaux, officiers du roi au même titre que les baillis).

Ces quatre nouvelles circonscriptions sont celles de : Normandie (Rouen) créée en 1377, d'Outre Seine et de l'Yonne (Paris) créées en 1436 et de Languedoïl (Tours) créée en 1452. Elles sont destinées à l'administration financière et correspondent à l'étendue de la juridiction des Finances. Puis remaniées par l'édit de décembre 1542 (sous François 1er) qui divise chacune d'elles en quatre, créant ainsi seize recettes générales (ou généralités), confiées à des receveurs généraux. Sous Henri II, l'édit de janvier 1552 fixe à 17 le nombre de généralités. Puis de circonscriptions purement financières, elles deviennent sous Louis XIV des circonscriptions administratives dévolues aux intendants. Apparus au XVIe siècle en tant que « commissaires départis » chargés de missions temporaires au chef-lieu de chaque généralité, dans laquelle ils exercent des pouvoirs étendus en matière de police, de justice et de finance. Colbert entre 1661 et 1666 leur confie la répartition de la taille et la vérification de la liquidation des dettes des communes. Avec cette seconde attribution, il les fixe pour des années dans leurs circonscriptions, les généralités .

Ces dernières, également appelées intendances, demeureront jusqu'à la fin de l'Ancien régime les circonscriptions administratives les plus importantes du royaume. De 21 sous Louis XIV, leur nombre est porté à 34 en 1789.

suite .....

Accueil