Carrières sur Seine, le site officiel

Portrait de Daniel Willemain

 Agrandir Diminuer Restaurer 
     OK
  Accueil > Loisirs > Culture > Patrimoine > Portrait de Daniel Willemain
Portrait de Daniel Willemain

• Daniel Willemain, qui êtes-vous ?

Je suis un enfant de Carrières. Je suis né au domicile de mes parents, le 15 février 1939.

En 1953, à 14 ans, j'apprenais avec mon père le métier de maraîcher. Malheureusement, mon père décéda 1 an et demi après. A 18 ans, j'effectue mon service militaire en Algérie. De retour en 1961, j'ai repris mon activité de maraîcher et j'ai essayé de la développer.

J'ai donc été le premier sur Carrières à faire de la culture sous polythène. Le premier également à installer boulevard Carnot une serre à 1 000 colonnes.

Puis, je me suis investi au sein du syndicat agricole dont je suis devenu le président en 1988. J'y suis resté jusqu'en 2002.
J'ai également fait partie de la Caisse Locale d'Assurance Mutuelle Agricole. J'y suis devenu le président en 1989 et ai laissé ma place cette année.

• Comment vous est venue cette passion pour la recherche historique ?

Je me suis intéressé à l'histoire de notre commune, lorsqu'en 1992 la municipalité en place souhaitait réaliser un projet de ZAC sur 45 hectares. C'était un tel bouleversement pour Carrières, que je me suis plongé dans les archives du Syndicat Agricole.

De là est venue cette passion. A la suite de mes recherches, j'ai personnellement édité un recueil intitulé « Histoire de l'agriculture, viticulture, maraîchage, myciculture et du syndicat agricole à Carrières-sur-Seine ».
Pour réaliser ce dernier, j'ai fait le tour des anciens maraîchers et me suis également rendu aux Archives Départementales à Versailles.

De plus, en 1997, j'adhérais à l'Association d'Histoire et de Sauvegarde du Vieux Carrières (AHSVC) qui oeuvre pour l'Histoire de la commune. Association à laquelle j'appartiens toujours.

• Quels sont vos projets « historiques » aujourd'hui ?

Mon intérêt se tourne de préférence vers la « terre ». A partir de parcelles délimitées, j'essaie de reconstituer les lieux-dits de la ville qui existent ou qui ont existés.

Je m'oriente donc vers l'histoire de Carrières à travers ses rues et ses lieux dit. Pour cela, je me rends régulièrement aux archives notariales de Cergy. Je ne suis qu'au début de mes recherches qui représentent un travail colossal. Les archives notariales de Cergy détiennent des registres nous concernant sur plus d'un siècle (1670- 1790).

Accueil