Carrières sur Seine, le site officiel

Halle Carnot : une redynamisation réussie

 Agrandir Diminuer Restaurer 
     OK
  Accueil > Halle Carnot : une redynamisation réussie
Halle Carnot : une redynamisation réussie
Envoyer par emailImprimerRetour
null
La Halle Carnot le 28 mars 2012

null
Un lieu convivial

null

6 mois après l'ouverture : premier bilan

Le dernier commerce disponible sous la Halle Carnot vient d’être attribué. L’occasion de dresser le bilan de cet ambitieux chantier qui a redynamisé notre centre-ville.
La ville s’implique fortement pour stimuler le développement économique de façon cohérente. Le Parc Eiffel, créé à côté des sièges sociaux de JVC et Konica-Minolta, en bordure de la RD 311, est totalement commercialisé à ce jour, et accueille 22 entreprises employant sur place 240 personnes.
De même, l’équipe municipale, conformément à ses engagements de campagne, souhaitait redynamiser le centre-ville, en le dotant d’une Halle Carnot entièrement rénovée et repensée. Depuis septembre 2011, les Carrillons peuvent désormais faire leurs courses dans une halle conviviale où le commerce de bouche a été privilégié.

La nécessaire redynamisation de la Halle Carnot
La nouvelle boulangerie, ouverte en 2008, a fait office de locomotive pour l’ensemble de l’artère où se situent la Halle Carnot et d’autres magasins tels que Franprix, la maison de la presse, banques, restaurants, salon de coiffure, agences immobilières. Le flux de piétons s’est alors fortement accentué, mais les commerces de la Halle ne semblaient pas en profiter. Leur manque d’attractivité, lié à un choix réduit, aux prix jugés élevés par les clients et à la perception d’un manque de propreté, pesait sur leur développement. Le marché de la Halle générait des pertes financières récurrentes au budget communal. La nouvelle équipe municipale a donc décidé d’engager, dès 2009, un projet ambitieux visant à faire de la Halle un point d’ancrage fort du centre-ville. Il s’agissait de remettre aux normes cet équipement, d’améliorer son accessibilité et sa visibilité, d’élargir l’offre, d’augmenter le nombre de commerçants fixes et de renforcer l’exigence de propreté. Cette rénovation devait répondre aux besoins des clients, aux attentes des commerçants, tout en stoppant les pertes financières récurrentes accusées par la ville.

Un calendrier sous haute surveillance
En avril 2010, la consultation pour sélectionner les futurs commerçants locataires a été lancée. Les premiers travaux du chantier ont démarré en septembre 2010. Mais l’IGC, l’inspection générale des carrières, estimant ne pas disposer d’un dossier complet quant aux comblements des carrières effectués lors de la construction de la halle en 1995, a exigé une vérification de ces derniers. Ladite vérification a généré un coût supplémentaire pour le projet et une suspension du chantier durant six semaines, mais elle a permis, à titre définitif, de s’assurer de la sécurité de l’ouvrage. Douze mois plus tard, trois premières boutiques ouvraient leurs portes, suivies, le 27 septembre, de l’ouverture des cinq autres (une restant vide suite à l’abandon d’un candidat retenu). La nouvelle Halle Carnot a été inaugurée le 7 octobre 2011, par Arnaud de Bourrousse, maire de Carrières-sur-Seine, en présence de nombreux Carrillons. Le dernier commerce, une boucherie traditionnelle, ouvrira ses portes début avril 2012.

La Halle reprend vie
On recense à présent huit magasins sous la halle : bar-brasserie, boucherie volailler traiteur et charcutier, épicerie fine, traiteur japonais, fromagerie, fleuriste, deux commerces de fruits et légumes (l’un d’eux propose les services de Point Relais). Certains enregistrent une augmentation de leur fréquentation plus rapide que d’autres, même si elle reste très marquée en fin de journée et en fin de semaine.
Cette cure de jouvence de la Halle Carnot a incité le propriétaire du supermarché Franprix, situé en face, à rénover son magasin pour rendre la rue commerçante encore plus attractive. Une cordonnerie-minute s’est installée depuis à cent mètres de la Halle.

De nouvelles recettes et des économies pour la ville
L’augmentation du nombre de boutiques permanentes et de leurs surfaces, génère des recettes supérieures. En ce qui concerne l’organisation du marché, la ville a opté pour l’arrêt de la mise à disposition de tables et tréteaux aux commerçants volants. Chacun apporte désormais son propre matériel, ce qui a permis de réaliser des économies. L’augmentation du nombre de volants potentiels les jours de marché constitue une source de recettes nouvelles dans le budget municipal. Le coût, pour la ville, de la rénovation de la halle est établi à 1 237 054 euros, compte tenu des subventions. Le prévisionnel de recettes fixe un montant annuel multiplié par 2,7, ce qui permet d’envisager un amortissement de l’investissement sur environ seize ans. Reste à inventer une unité de mesure pour évaluer le sourire des Carrillons qui retrouvent un lieu de vie convivial au coeur de notre ville.


Accueil